Les Grands Ballets - Suite

Les plus grands ballets du répertoire et leur histoire

Roméo et Juliette

Don Quichotte

Paquita

Raymonda

La Belle au bois dormant 

 

  • Roméo et Juliette

Roméo et Juliette est un ballet de Sergueï Prokofiev, en trois actes de près de 50 minutes chacun, composé au printemps et à l'été 1935, peu après le retour du compositeur en Union soviétique, et basé sur la pièce de William Shakespeare.

La création du ballet fut difficile. L'œuvre est une commande de 1934 du Kirov de Leningrad, mais lorsque Prokofiev proposa le thème de Roméo et Juliette, le théâtre refusa. Prokofiev signa alors un contrat avec le Bolchoï pour la représentation du ballet, mais là encore les choses se passèrent mal. Une fois la partition achevée, à l'été 1935, les danseurs déclarèrent le ballet indansable, notamment à cause de la complexité rythmique et de passages jugés inaudibles. Prokofiev retravailla alors sa partition en 1936 pour en tirer deux suites pour orchestre symphonique en sept mouvements, ainsi qu'une transcription pour piano. Une troisième suite fut écrite en 1946. Le ballet ne fut finalement créé qu'en 1938 à Brno, où il fut très bien accueilli, puis suivit une première russe en 1940 au Kirov (chorégraphie de Léonide Lavrovski), et au Bolchoï en 1946.

 

Acte 1 : La nuit tombe à Vérone. Tout semble calme et les jeunes gens s'aiment, mais à travers l'atmosphère pleine de lumière on aperçoit des ombres perfides. Ces ombres expriment le mal et les adversités de la destinée humaine. Les familles des Montaigu et des Capulet se haïssent.  
C'est le matin. Les habitants de Vérone dansent. Roméo avec ses meilleurs amis, Benvolio et Mervoutio, montent sur scène et s'amusent. Tibalt, qui apparaît, met fin à l'atmosphère joyeuse. 
Il cherche querelle avec la famille des Montaigu. On se bat. On voit monter sur scène Mesdames Montaigu et Capulet avec leurs fidèles gens. 

Juliette est fiancée au jeune seigneur Paris, qui lui fut choisi par ses parents. A la maison des Capulet c'est le bal. Roméo, Benvolio et Mercutio, portant des masques, se mélangent à la foule d'invités.  
Roméo et Juliette se rencontrent et au premier toucher de leurs mains ils tombent amoureux l'un de l'autre. Bien que Roméo porte un masque Tibalt sent en lui un ennemi. 
Juliette est intriguée par l'inconnu et elle se pose sans cesse la même question : Comment s'appelle-t-il? Lorsqu'ils se retrouvent seuls, elle découvre que c'est Roméo de la famille des Montaigu.  
Roméo et Juliette s'avouent mutuellement leur amour. Tibalt en voyant que Roméo embrasse Juliette est prêt à le tuer. Mais Monsieur Capulet le prévient qu'il ne veut pas que du sang coule dans sa demeure. Roméo s'enfuit et Tibalt court derrière lui.  
 
Acte 2 : Roméo et Juliette prient le frère Laurent de leur accorder un mariage secret. Le frère Laurent ému par le sentiment profond qui uni les jeunes gens, lie leurs mains dans l'espoir que cette union mettra fin à l'hostilité des deux familles. 

C'est la période du carnaval. Tibalt lance un duel à Roméo mais c'est Mercutio qui cherche la vengeance et c'est lui qui se bat avec Tibalt. 
Mercutio est blessé et meurt dans les bras de Roméo. Tibalt triomphe. 
 
Roméo venge la mort de son ami en tuant Tibalt, ce qui met la famille des Capulet dans le désespoir. 
Roméo et Juliette se rendent compte qu'ils ne seront jamais en mesure de mettre fin à l'hostilité entre les deux familles. 
 
Acte 3 : Roméo passe sa dernière nuit dans la chambre de Juliette. Il ne peut rester plus longtemps à Vérone et il doit quitter sa bien-aimée.  
On voit monter sur scène les parents de Juliette avec Paris. Ils la pressent d'épouser Paris mais Juliette refuse. 
Juliette court chez le frère Laurent qui lui donne un somnifère. On voit apparaître une silhouette masquée symbolisant le drame et la mort du couple amoureux. 
Roméo revient et voyant que Juliette est profondément endormie, est persuadé qu'elle est morte.  
Roméo boit du poison et tombe mort près du corps de Juliette. Quand celle-ci se réveille et voit que son amoureux est mort, elle place un couteau dans sa main et se tue.  

 

 

 

 

 

 

  • Don Quichotte
Don Quichotte est un ballet en 4 actes, 8 tableaux et un prologue de Marius Petipa, musique de Léon Minkus, représenté pour la première fois auThéâtre Bolchoï de Moscou le 14 décembre 1869. Plusieurs danseuses et danseurs de l'Opéra national de Paris ont été nommés étoiles à l'issue de la représentation de Don Quichotte : Aurélie Dupont(1998), Laetitia Pujol (2002), Marie-Claude Pietragalla (1990), Monique Loudières (1982), Jérémie Bélingard (2007), Mathieu Ganio (2004).

Acte 1 : A Barcelone, Kitri, fille d’aubergiste, aime Basilio, barbier sans le sou. Son père Lorenzo veut lui faire épouser Gamache, un noble de la ville aussi riche que ridicule. Don Quichotte et son fidèle Sancho Pança arrive dans la ville, le chevalier croit voir en Kitri sa Dulcinée. Kitri et Basilio s’enfuient. Don Quichotte, son serviteur, le père de Kitri et Gamache partent à leur poursuite.

Acte 2 : Les deux jeunes gens trouvent refuge chez des bohémiens, les poursuivants arrivent dans le campement. Les gitans donnent en leur honneur un spectacle de marionnettes, évoquant l’histoire des deux amoureux. Don Quichotte perd quelque peu la raison et s’en prend aux marionnettes puis aux moulins à vent.
Blessé, il est transporté en songe dans le monde des dryades où Dulcinée lui apparaît ainsi que Cupidon et la reine des dryades.

Acte 3 : Kitri et Basilio se retrouvent dans une auberge, rejoints une fois encore par leurs poursuivants. Basilio feint de se suicider, Don Quichotte convainc Lorenzo de laisser les deux amoureux s’unir. Naturellement Basilio se relève et avec la bénédiction paternelle peut donc épouser Kitri. Gamache provoque alors le chevalier en duel, mais il est défait. Le dernier tableau est le mariage des deux héros et Don Quichotte partir pour de nouvelles aventures.

 

 

  • Paquita

Paquita est un ballet en 2 actes et 3 tableaux de Joseph Mazilier, musique d'Édouard Deldevez, créé à l'Opéra de Paris le 1er avril 1846, avec Carlotta Grisi et Lucien Petipa dans les rôles principaux. En 1847Marius Petipa en crée une nouvelle version à Saint-Pétersbourg au Théâtre Bolchoï Kamenny et la reprend à Moscou l'année suivante. Il en donne encore une autre version à Saint-Pétersbourg en 1881, en commandant des rajouts (dont le « grand pas ») à Léon Minkus. Seul le « grand pas » de cette dernière version est encore dansé aujourd'hui.

En 2003, une version recréée par Pierre Lacotte a été montée et enregistrée à l'Opéra de Paris. Elle intègre à la fois la version originale et le pas de deux de Marius Petipa.

 

Acte 1 : En Espagne, à l’époque Napoléonienne, Paquita jeune fille élevée par des gitans est aimée de leur chef Inigo, mais elle ne lui rend pas son amour. Elle sait au fond d’elle qu’elle n’appartient pas à ce milieu comme semble lui rappeler un médaillon seul souvenir d’un passé oublié. Lors de festivités, Paquita danse pour les invités et fait la rencontre de Lucien d’Hervilly, jeune noble français dont on commémore la mort de son oncle. Les deux jeunes gens tombent immédiatement amoureux. Le gouverneur espagnol Don Lopez veut assassiner le jeune homme et organise un complot avec la complicité d’Inigo qui veut aussi se débarrasser de ce rival. Grâce à un faux gage d’amour de Paquita, Lucien est invité à se rendre le soir chez le chef gitan.

Paquita est seule chez elle. Inigo arrive suivi du gouverneur masqué. Elle se cache derrière une armoire et entend le récit du complot préparé contre Lucien : une fois drogué par du vin empoisonné, des bandits viendront le tuer. Ils entreront par une entrée dissimulée au fond de la cheminée. Une fois Don Lopez parti, Paquita veut avertir le jeune homme, mais Inigo l’empêche de sortir. On frappe à la porte c’est Lucien. Inigo sert à boire à son invité et demande à Paquita de danser pour lui. La jeune fille arrive à changer les verres et profite d’une courte absence d’Inigo pour avertir Lucien. Elle lui demande de faire l’endormi. Inigo boit le verre destiné à Lucien, et drogué s’endort. Paquita et Lucien s’enfuient, Inigo dans un état de demi-inconscience ne peut que voir les amoureux s’enfuir.


Acte 2 : Les parents de Lucien attendent ce dernier. Il surgit avec Paquita. Celle-ci reconnaît dans le gouverneur l’inconnu masqué qui tramait un complot contre Lucien, elle le dénonce. Lucien veut épouser Paquita, mais elle refuse sous prétexte de ses origines. Ses yeux tombent alors sur le portrait de l’oncle de Lucien qui n’est autre que le même que celui de son médaillon. Paquita est la cousine du jeune homme et peut donc l’épouser. S’ensuivent les réjouissances du mariage.

 

 

 


 

 

  • Raymonda
Raymonda est l'ultime grand ballet du xixe siècle finissant, symbole d'une époque importante pour cet art. Aujourd'hui encore, les œuvres de ces années tsaristes déterminent l'idée que nous nous faisons du ballet classique. Alexandre Glazounov, alors âgé de 32 ans, fait ses débuts de compositeur de ballets avec Raymonda,, ballet en trois actes et quatre tableaux chorégraphié parMarius Petipa. Le livret est de Lydia Paschkova et Marius Petipa sur une musique d'Alexandre Glazounov. Le spectacle est présenté au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg le19 janvier 1898. Marius Petipa est alors âgé de 80 ans.

Raymonda allie la pureté naissante de la danse classique française à la virtuosité italienne. Petipa y intègre étroitement des danses de caractères issues des traditions folkloriques russes retranscrites dans un style plutôt occidental.


Acte 1 : Raymonda, une jeune noble provençale fête son anniversaire au Château des Doris. Elle est fiancée à Jean de Brienne qui est parti aux croisades. En cadeau, Jean de Brienne lui envoie une lettre et une tapisserie le représentant. Lors des festivités, Abderam ou Abderakham (suivant les versions) vient présenter ses hommages  à la Comtesse et à sa filleule. Il lui offre des bijoux et autres pierreries qu’elle refuse, mais accepte quatre petits pages.  Les festivités continuent.

Raymonda est seule avec ses amies Henriette et Clémence et leurs pages Bernard et Béranger. Après avoir joué un peu de viole, elle s’endort et guidée par la dame Blanche qui protège la famille, elle retrouve son fiancé avec qui elle entame un grand pas de deux. C’est la scène de la Valse fantastique. Soudain le rêve se transforme en cauchemar, avec l’arrivée d’Abderam, qui se montre très entreprenant.

Raymonda se réveille au milieu de ses amis, tout n’était qu’un rêve transformé en cauchemar.

Acte 2 : Abderam a invité Raymonda et ses amis à une grande fête sous sa tente. Un divertissement a alors lieu, mêlant danse sarrazine, dans espagnole et solos des différents protagonistes. A la fin, Abderam tente d’enlever la jeune fille, mais Jean de Brienne revient à temps pour sauver sa belle. S’ensuit un duel avec le guerrier Sarrazin qu’il blesse mortellement. Les deux amoureux peuvent alors se retrouver.

Acte 3 : On célèbre le mariage de Raymonda et de Jean de Brienne, c’est le Grand pas classique et la fameuse variation de « La Claque », qui évoque à la fois la Hongrie, mais aussi le souvenir d’Abderam. Suivant les interprètes Raymonda peut être fort attirée par le séduisant Sarrazin.


  • La Belle au bois dormant
La Belle au bois dormant est un ballet en un prologue, trois actes et cinq tableaux représenté pour la première fois le 15 janvier 1890 au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, avec une chorégraphie de Marius Petipa et sur une musique de Piotr Ilitch Tchaïkovski, inspiré du conte de Charles Perrault et des frères Grimm.

Prologue : Le roi Florestan XIV déclare qu'il y aura un baptême en l'honneur de la naissance de sa fille Aurore. Toutes les fées du royaume sont conviées et apportent chacune leur don pour la princesse. Alors que les fées lui offrent la beauté, la générosité et la grâce, elles sont interrompues par l'arrivée inattendue de l'horrible fée Carabosse, furieuse de ne pas avoir été invitée au baptême. Avec malveillance et rage, elle jette une malédiction sur la princesse Aurore : le jour de ses 16 ans, elle se piquera au doigt et en mourra. Heureusement, la Fée des lilas n'avait pas encore offert son don à la princesse.

Elle reconnaît que le pouvoir de la fée Carabosse est trop grand pour qu'elle puisse annuler la malédiction. Néanmoins, elle annonce que la princesse se piquera le doigt, certes, mais qu'elle ne mourra pas : elle sera plongée dans un profond sommeil de cent ans et sera réveillée par le baiser d'un prince.

 

Acte 1 : C'est le seizième anniversaire de la princesse Aurore. Elle reçoit des cadeaux et des roses. Mais accidentellement, elle se pique en tenant un bouquet que Carabosse a ensorcelé.

La maudite fée apparaît un court instant puis disparaît à nouveau devant les yeux ébahis et horrifiés des invités. Au même moment, la Fée des lilas apparaît comme promis. Aurore est transportée dans un brancard. La princesse et la cour dormiront pendant cent ans jusqu'à l'arrivée d'un prince. Le château se couvre de ronces, la forêt l'entourant devient impénétrable, tout ceci sous les yeux de la Reine, du Roi et de la Fée des lilas.

Acte 2 : Cent ans plus tard, le Prince Désiré, allant chasser en forêt avec ses compagnons, a soudain une vision d'Aurore et charmé par sa beauté, supplie la Fée des lilas de l'emmener voir la princesse Aurore : elle y consent. Le prince découvre le château, envahi par les ronces et les vignes. Il réveille la princesse Aurore d'un baiser, lui déclare son amour et la demande en mariage.

 

Acte 3 : On fête le mariage. Les fées sont invitées. D'autres personnages (comme le Chat botté, ou Cendrillon) sont présents. Le prince et la princesse sont mariés, bénis par la Fée des lilas. Le ballet se termine avec une apothéose.

 

 

 

 

 

 





 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×