Histoire de la Danse Classique

Une petite histoire du ballet ...

Le ballet est un genre dramatique dont l'action est figurée par des pantomimes et des danses. Ses origines remontent à la Renaissance italienne (xve siècle).

Le ballet a vu le jour à la cour italienne de la Renaissance où les mariages étaient somptueusement célébrés. Musiciens et danseurs faisaient de leur mieux pour distraire les invités. Lorsque Catherine de Medicis, intéressée par les arts, épouse Henri II en 1533, héritier du trône de France, elle apporte son enthousiasme pour la danse et son soutien financier. Le ballet est alors repris à la cour du Roi de France où on lui adjoint paroles, versets, chants, dé

cors et costumes pour en faire un grand spectacle d'apparat. Domenico da Piacenza était l'un des premiers maîtres à danser. Avec ses élèves Antonio Cornazzano et Guglielmo Ebreo, il était formé à l'art de la danse et chargé de son enseignement.

 

Au xviie siècle, le développement important qu'a connu le ballet à la cour de Louis XIV explique l'origine française de la plupart des termes de vocabulaire de la danse. Le roi était passionné par la danse et déterminé à inverser le déclin de cet art, commencé au cours du xviie siècle. Louis XIV crée l'Académie royale de danse en 1661. Ce sera la naissance de la prestigieuse compagnie aujourd'hui connue sous le nom de Ballet de l'Opéra de ParisPierre Beauchamp, danseur et chorégraphe à la cour, codifie les cinq positions classiques et met au point un système d'écriture de la danse

Le xviiie siècle marque une profonde évolution dans la technique du ballet et se positionne comme une forme de spectacle artistique aux côtés de l'opéra. Le travail de Jean-Georges Noverre et ses Lettres sur la danse, datant de 1760, ne sont pas étrangers à l'évolution vers le ballet d'action ou ballet-pantomime, dans lequel les mouvements du danseur expriment les sentiments du personnage qu'il est censé représenter et aide à la compréhension du récit. À cette époque, les femmes, encombrées qu'elle étaient par les panierscorsetsperruques et autres talons hauts, ne jouaient qu'un rôle secondaire (contrairement à aujourd'hui).

Après 1850, l'enthousiasme pour le ballet commence à faiblir à Paris mais trouve son épanouissement au Danemark et en Russie grâce à des maîtres de ballet et chorégraphes comme le célèbre Marius Petipa. L'orientalisme devient à la mode vers la fin du xixe siècle : Petip

a fait appel à ce goût pour l'exotisme en montant La Fille du pharaon en 1862 puis La Bayadère en 1877. Petipa est surtout célèbre par ses chorégraphies des ballets Casse-NoisetteLa Belle au bois dormant et Le Lac des cygnes.

C'est à cette époque que le tutu fait son apparition et découvre entièrement la jambe de la ballerine.

 

Avec La Sylphide (1832), un grand tournant s'opère : l'idéal romantique submerge la scène et la danse devient aérienne, précise, élaborée, et essentiellement féminine. Cette impression de légèreté vient de l'utilisation des chaussons de danse nommés « pointes » (utilisés pour la première fois en 1801). La danseuse est alors au centre de tous les ballets romantiques, les partenaires masculins perdant alors de leur importance.

Au XXe siècle, Serge de Diaghilev ravive l'intérêt du public pour le ballet lorsqu'il fonde sa compagnie des Ballets russes. Elle est constituée de danseurs issus de la communauté des Russes exilés à Paris après la Révolution de 1917. Diaghilev et Stravinski ont uni leurs talents pour faire vivre le folklore russe à travers L'Oiseau de feu et Petrouchka. Une polémique naît pour Le Sacre du printemps, qui a heurté les Américains.

Michel Fokine quant à lui commence sa carrière de danseur et chorégraphe à Saint-Pétersbourg alors que celle de Petipa décline. Fokine quitte la Russie pour Paris où il travaille avec Diaghilev et ses Ballets russes. En France, avec Serge Lifar, et aux États-Unis, avec George Balanchine, créateur du New York City Ballet et fondateur de la Méthode Balanchine, le ballet se renouvelle en donnant lieu au style néo-classique.

Le ballet était et reste très populaire en Russie. Les compagnies du Kirov (actuellement Théâtre Mariinski) et celle du Théâtre Bolchoï sont très appréciées. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×